Accueil | Créer un blog |

¤¤¤ LE CINEMA DE LARA ¤¤¤


 


 


L'art et l'appréciation de l'art sont des notions purement subjectives


 



 



 



 



 



 



 


 


Critiques de films de 2007 à 2010


 


Le Kaléidoscope 2 Lara 


 


Mon Facebook 




 

Rechercher

Archives

Février

DiLuMaMeJeVeSa
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
26272829   

Compteur

Depuis le 02-01-2011 :
217224 visiteurs
Depuis le début du mois :
5898 visiteurs
Billets :
224 billets

LES CESAR EN DIRECT | 24 février 2012

Je vais donner les résultats des récompenses principales en direct live, je zapperai les catégories technniques.

Polisse domine le nombre de nominations (13) puis The Artist et Intouchables suivent de près avec respectivement 10 et 9 nominations, Valérie Donzelli arrive à l'instant pour présenter son film La guerre est déclarée que je n'ai pas vu ... je le regrette ...

A l'instant viennent d'arriver Jean Dujardin et Gilles Lellouche qui ont accordé une brève interview à Laurent Weil ... Jean Dujardin détendu, humble, simple et souriant ... j'adore vraiment ce mec ... il est classe et cool ...

Ca y'est il est 21h00 la Cérémonie commence. Guillaume Canet entre sur scène.

Voici donc les récompenses remises :

 

MEILLEUR ESPOIR FEMININ : ex-aequo Naidra Ayadi dans Polisse et Clotilde Hesme dans Angèle et Tony

MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND ROLE : Michel Blanc dans L'exercice de l'état 

MEILLEUR FILM D'ANIMATION : Le chat du rabbin de Joann Sfar 

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN : Gregory Gadebois dans Angèle et Tony 

MEILLEUR PREMIER FILM : Le cochon de Gaza de Sylvain Estival

MEILLEURE MUSIQUE : Ludovic Bource pour The Artist

CESAR D'HONNEUR : Kate Winslet

MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND ROLE : Carmen Maura dans Les femmes du 6ème étage

MEILLEUR SCENARIO : Pierre Schoeller pour L'exercice de l'état 

MEILLEURE ADAPTATION : Yasmina Reza et Roman Polanski pour Carnage 

MEILLEUR FILM ETRANGER : Une séparation de Asghar Farhadi 

MEILLEUR REALISATEUR : Michel Hazavanicius pour The Artist

MEILLEURE ACTRICE : Bérénice Bejo dans The Artist

MEILLEUR ACTEUR : Omar Sy pour Intouchables 

MEILLEUR FILM : The Artist de Michel Hazavanicius

 

******************************************************************************************************

Déçue pour Jean même si contente pour Omar Sy (et pour le film Intouchables qui reçoit là sa seule récompense) mais Jean le méritait par une performance phénoménale même s'il a déjà obtenu tant de récompenses pour ce rôle ... consolation toutefois que Michel Hazavanicius obtienne les César les plus prestigieux pour son film ... et très heureuse pour Bérénice Bejo qui enfin décroche un trophée (bon elle en a reçu d'autres mais moindres ...)

Génial ...

Le film ayant récolté six César ce soir, il passe largement à ce jour la barre des 80 récompenses ... le film français le plus récompensé de tous les temps donc à ce jour !!

Si si ...

Et il semblerait que Jean, déjà multi-récompensé, n'ait pas été trop affecté par la perte de ce César qui lui semblait pourtant promis souriant au discours sympathique de Omar Sy ... il s'envole demain pour Los Angeles en route pour les Oscars ... on y croit ...

Et pour finir sur une bien jolie anecdote, Alexandra Lamy qui twitte un "Bravo Omar" ... !!! Belle et digne attitude ...

Pour parachever ce bulletin, à signaler que Polisse repart quasi bredouille (un seul César pour le montage) et L'exercice de l'état crée la surprise (bravo à Michel Blanc) ...

 

 

 

 

 

 

César 2012. Jean Dujardin : "J'ai déjà tout gagné"

Interview à LaDépêche du Midi

Est-ce un signe ? Les Oscars ont été créés à Los Angeles en 1927. « The Artist » raconte l'histoire de George Valentin, un acteur de muet, en 1927, à Los Angeles. Et c'est pour ce rôle-là que Jean Dujardin, nommé aux César, est également nominé pour l'Oscar du meilleur acteur… Sera-t-il le premier Français à obtenir cette récompense suprême ? L'acteur est venu à Toulouse présenter son film « Les Infidèles ». Nous lui en avons touché deux mots…

Vous aviez imaginé le formidable succès de « The Artist » ?

Oui et non, parce que nous ne savions pas trop où nous allions… Le film était tellement atypique : muet, en noir et blanc, un film qui parlait du cinéma muet américain et qui était tourné et joué par des Français à Hollywood… Michel Hazanavicius était condamné au chef d'œuvre. Il n'avait pas le choix : soit « The Artist » était enterré, soit il était ovationné.. Et force est de constater que c'est comme si Michel avait trouvé la formule magique…

Comment avez-vous composé ce personnage d'acteur de muet ?

J'ai travaillé comme un fou. J'ai avalé tous les films de Douglas Fairbanks, étudié sa gestuelle, sa physionomie, ses sourires, sa façon de regarder la caméra. Des heures et des heures.

Pourquoi êtes-vous devenu acteur ?

Je suis devenu acteur pour être un autre. Pour être en vacances de moi-même. C'est génial de s'échapper et d'être quelqu'un d'autre, un mois, deux mois. J'ai été un espion au Caire, en 1950, un autre à Rio dans les années 60… Il y a des personnages que je n'ai pas envie de quitter.

Votre réaction sur le retrait des affiches de votre film « Les infidèles » ?

Cette affiche, c'était de la pub, du marketing… En France c'est terrible, il y a toujours, à un moment, une réaction de méchanceté ou de bêtise envers ceux qui réussissent.. Aux États-Unis, quand ils ont un acteur reconnu, ils sont derrière. En France, on essaie de le casser. On dit qu'il a la grosse tête, on se jette sur cette histoire d'affiche pour dire en jubilant que ça va lui coûter l'Oscar… C'est n'importe quoi… Une polémique ridicule..

Votre vision du cinéma américain ?

Le cinéma américain tourne en ce moment autour de la France : « Midnight in Paris », « Hugo Cabret » de Scorsese… Les Américains aiment vraiment le cinéma. Et quand ils aiment un film, ils le priment tous azimuts. En matière de cinéma, je dirais que les Américains se gavent de gras, mais savent aussi manger bio.

Dans quel état d'esprit êtes-vous à la veille des Oscar ?

Depuis Cannes, j'ai vécu dix mois de folie. Dans mes rêves les plus fous, je n'aurais jamais imaginé ça…. Cela a commencé à Cannes, c'était énorme, ce Prix d'Interprétation. Mais ensuite quand vous retrouvez à Los Angeles entouré par Steven Spielberg, David Fincher, Brad Pitt, George Clooney, Gary Oldman, Ryan Gosling, vous vous dites, c'est incroyable, j'hallucine. Tous nous regardent avec un air bienveillant mais en même temps, ils semblent penser : « C'est pas possible, ce truc. C'est quoi ce film ? ! » Et moi, moi, le Frenchy, quelque part, je fais partie de leur famille…. Je peux vous dire que quand je remonte dans ma chambre d'hôtel, après les Golden Globes et autres, je suis du style, quand, la porte est fermée, à hurler Yes !

Cet Oscar, donc vous y pensez ?

Je ne sais pas si j'aurai l'Oscar mais je ne veux pas y penser. Disons que j'y pense très secrètement mais que je n'en parle pas vraiment. Je me dis simplement que si la bonne surprise survient, ce sera génial. Mais en revanche je ne dirai jamais dans le cas contraire que j'ai perdu. Parce que ce que je sais, c'est que j'ai déjà tout gagné ! Avoir l'Oscar ou pas, ça c'est acquis…

Publié par lara1340 à 20:38:49 dans Evénements | Commentaires (0) |