Accueil | Créer un blog |

Les peuples oubliés

Notre lutte pour la justice ne peut se mener seule !!!


 


Le blog qui fait connaitre les peuples oubliés, ainsi que les injustices de l'histoire les concernant.


Pour défendre et faire prendre conscience que les peuples autochtones sont les véritables richesses de l'humanité, les véritables hommes.


Si les poussières de notre planète se dressent devant le système capitaliste actuel décadent, nous arriverons à détruire le mal à sa source.


Il suffit parfois d'un rien pour tout changer, l'avenir est entre nos mains.


Luttons Ensemble !! pour que nos enfants puissent voir un jour l'incroyable diversité de notre planète et puissent regarder l'aube se lever sur un monde meilleur.


Lab M et Drya


 

Rechercher

Commentaires

Compteur

Depuis le 26-08-2007 :
3521 visiteurs
Depuis le début du mois :
53 visiteurs
Billets :
1 billets

Le peuple Kayan | 26 août 2007

Peuple : Kayan Lahwi

Localisation
:
Birmanie

La Birmanie : Pays d'Asie du Sud-Est continentale
 ayant une frontière commune avec l'Inde,
le Bangladesh
, le Laos, la Chine et la Thaillande. Elle est bordée par la mer au sud et par le golfe du Bengale au sud-ouest, représentant environ 2000 kilomètres de côtes au total.
Elle regroupe, en plus de la majorité birmane dite "de souche" , plus de 130 minorités ethniques avec leurs langues et leurs cultures propres. Sept "Ethnies nationales" sont reconnues par le gouvernement : Shan
, Mons, Karen, Karenni, Chin, Kachin (Jingpo), Rakhine (Arakan). L'hétérogénéité de cette population est à l'origine des nombreux problèmes inter-communautaires qu'a connus le pays.

Les Kayans, ou Karen :

Origine : Mongols établis près de la rivière Karen, d'où leur nom.
Leurs origines remontent à plus de Mille ans.

Religion :

Ils possèdent leur propre calendrier et leur propre mythologie qui voit la création de l'univers comme le fruit de la rencontre entre le messager terrestre La Nan Htusu et une femme dragon, Ka Kwe Bu Pe.
Les Kayan pratiquèrent leur traditionnelle croyance " Kan Khwan " depuis qu'ils émigrèrent de Mongolie durant l'âge de Bronze.
Ils vécurent ici jusqu'à ce qu'ils soient contraint de s'exiler en 1990 sur ordre du Gouvernement Militaire Birmane.
Bien que quelques Kayans se soient convertis au Christianisme, beaucoup d'entre eux continuent de suivre les croyances ancestrales, et chaque année, tout le monde participe aux cérémonies festives organisées. ( Se reporter au paragraphe " Festivités " )

Festivités :

Chaque année, entre le mois de Mars et d'Avril, les Kayans érigent un un nouveau pôle, un nouveau tronc.
L'arbre " Eugenia ", le premier arbre à avoir été crée, est préféré.
Celui ci est élu avec beaucoup de cérémoniaux et de rituels durant plusieurs jours.
Un groupe de jeunes hommes choisis dansent autour pour le vénérer, arrosés par des jeunes femmes afin d'être maintenus en condition physique satisfaisante.
Ces mêmes jeunes femmes jettent des feuilles d' Eugénie sur le tronc et l'aspergent d'Alcool de riz.
Le " pôle " est vénéré comme la seule source de lumière dans la création, à l'équivalent du soleil.



Kan Khwan

Le monde fut cré par le dieu éternel Phu Kabukathin, assisté par deux déitiés créatrices : Pikahao et Kabukaban, ainsi que leur 4 messagers : Mann créa le paradis, TI créa la terre, La Taon créa les arbres et les plantes et La Nan créa les hommes et les animaux.
Selon la croyance, tout les composant de l'univers sont reliés ensemble par une sorte de toile : la terre est liée aux étoiles et à la lune par une toile d'araignée.
Au tout début, la terre manquait de densité et l'eau ainsi que les plantes étaient sous forme de Fluide.
Le Dieu Phu Kabukathin planta un tronc au sein duquel naquit la terre ainsi que ces 7 sept couches extérieures et intérieures : celles ci devinrent ferme pour donner naissance à la terre que nous la connaissons aujourd'hui !

Ce tronc fut nommé
" La source de la création de la Terre " soit, Kan Htein Bo en Kayan.
Pour la stabilité du monde et du genre humain, tout le monde se doit de rendre hommage au Kan Htein Bo accordé par le Dieu.
Celui ci donna également aux hommes les sept commandements afin de guider leurs vies.
A côté du Kan Htein Bo se situe un podium nommé Kantan, où les offrandes sont posées pour Les Déités et Les guardiens des bois, des montagnes et des eaux.


Société

Cette tribu n'a pas été évangélisée comme le reste de l'ethnie "Karen" par les Anglais lorsqu'ils ont colonisé le pays, de même qu'elle n'a subi aucune influence des hommes des autres tribus, dans la mesure où ceux ci refusent toute interaction avec ceux ci.
Cela reste un peuple pacifique.
Les femmes ont une influence plus importante dans cette tribu que dans toutes les autres, sans pour autant être une tribu dite Matriarcale.
Les Kayans sont supposés être de très bons cultivateurs.
Ce peuple autochtone n'échappe pas à la modernité : projection de DVD, instruments de musiques ,malgré l'absence d'électricité, on fait marcher le générateur pour permettre à tous les jeunes villageois de regarder un film, en général birman.
Les Kayans sont réputés pour être des gens ouverts, souriants et curieux, acceuillant , mais ne vous méprenez pas : les touristes ne sont pas autorisés à passer ne serait ce qu'une nuit dans les villages...la raison officielle donnée par l'armée thailandaise est que l'armée birmane serait encline à faire des incursions au sein même du village dans le but de kidnapper des villgeois et de les faire rentrer au " Myanmar ", c'est à dire l'Union de Birmanie, dont les Kayans se tiennent soigneusement à l'écart, vivant en autonomie.Myanmar fait référence aux anciens habitants mythiques du pays et non plus seulement à un groupe ethnique (litéralement, "Myanmar" signifie en birman "fort et rapide", qualités de ces fameux ancêtres mythiques).

 

La qualité de l'enseignement est médiocre, selon les statistiques, seuls 27 % des enfants terminent leur scolarité primaire.

Les Padongs :

Les femmes portent une série d'anneaux autour du cou, Les Padongs : mais cela est loin d'être anodin, ce ne sont pas des bijoux ordinaires : Leur cou se briserait si elles les enlevaient.
Elles ne peuvent retirer que la partie inférieure de ce collier de métal avant d'aller se coucher. C'est à douze ans, en fonction de leur date de naissance, que les filles sont affublées de cet ornement.
Ce n'est évidemment pas gratuit et c'est bien entendu contraignant mais cela tient à la mystique des Kayan Lahwis : c'es anneaux sont appelés Padongs. ( Nous y reviendrons dans les paragraphe suivants )
Beaucoup de légendes et de raisons sont évoquées pour justifier le port de ces anneaux qui a valu aux femmes kayans le surnom peu flatteur de " Femmes Girafes " :

- Le port de ces anneaux et de ces bijoux empêcherait les vols et permettrait de garder ses biens sur soi sans crainte.
- Les anneaux seraient propres à chaque femme et permettraient d'identifier leur appartenance à telle ou telle tribu.
- Ceux ci seraient également le symbole de la féminité, véhiculant l'idée que les femmes sont les descendantes directes de la "Mère" Dragon, la divinité maternelle.
- Ou tout simplement, ceci seraient des accessoires de beauté : plus les anneaux sont nombreux, plus la femme est embellie.
C'est cependant douloureux à la longue, car ces " Padongs " ont un effet de ressort exerçant une pression si forte sur les muscles que leur cou finit par se raidir pour de bon, d'où la dangerosité d'un retrait brutal.
C'est aussi un moyen de préserveur leur culture, bien qu'exilés, ceux ci tiennent à leurs racines.

Blog-note par Lab M et Drya:

A notre actuel, le peuple Kayans se trouve dans l'étau du changement moderne. Peuple partagé entre modernité et tradition, ils essayent de vivre avec l'arrivé massive des Touristes stupides, qui viennent en visite pour leurs curiosités et collections personnel. Ils disent qu'ils reviendront les voir, ils ne reviennent jamais. Ce sont juste des gens qui viennent par envie de remplir leur estomac, sans avoir en tête la notion même de respect envers ce peuple. Les villages Kayans sont devenus des véritables zoo, ils transforment des personnages d'une noble valeur culturel et de croyance, en pantins économique. Ils doivent répéter des danses rituelles transformées en piètres démonstrations folkloriques. Nous devons lutter contre ce système de tourisme honteux, et détruire le mal de vouloir tout dominé par l'argent, destructeur des véritables valeurs, mais surtout, réapprendre au monde qu'on ne nait pas homme, mais qu'on le devient : la différence n'est pas un fardeau; la diversité culturelle ne fait pas des hommes des bêtes de foire.
A l'heure où beaucoup s'offusquent du mauvais traitement infligés aux animaux et leur enfermement dans les zoos, bien peu se préoccupe de ceux infligés à nos frères hommes...régression, régression, le pro-colonialisme est vu d'un mauvais oeil dans nos beaux pays dits " civilisés", cependant ce processus est en marche, l'acculturation est de mise et personne n'en parle...les hommes et les sauvages ne sont pas toujours ceux que l'on croit...a vous de voir si vous vous sentez visés...

 



 

Publié par respectpeuples à 20:43:05 dans Les peuples oubliés | Commentaires (1) |

1 |

Tous les derniers titres

Archives

Novembre

DiLuMaMeJeVeSa
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30