Accueil | Créer un blog |

cimade 63 - immigration

aider les migrants, promouvoir une politique d'immigration humaniste

La Cimade est une organisation non gouvernementale qui accueille, oriente et défend les demandeurs d'asile, les réfugiés et tous les migrants. Nous organisons des permanences d'accueil pour accompagner les migrants dans leurs démarches administratives et juridiques. Témoins de leurs situations, des injustices et des inhumanités, nous intervenons dans la cité pour alerter, conscientiser et mobiliser. Nous aspirons à la socièté fraternelle du "Vivre Ensemble".

VENEZ NOUS REJOINDRE !!!
SOUTENEZ NOUS !!!

groupe cimade 63
permanence tous les mercredis matin
11 rue marmontel
63 000 Clermont Ferrand
tel : 04.73.93.79.30
mail : groupe.cimade63@club-internet.fr

Album

Compteur

Depuis le 20-02-2007 :
2367655 visiteurs
Depuis le début du mois :
9648 visiteurs
Billets :
853 billets

Archives

Avril

DiLuMaMeJeVeSa
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Chronique Cimade sur RCF du 28 mars 2014 : Souffrance et violences dans les lieux d'enfermement des étrangers | 02 avril 2014

Souffrance et violences dans les lieux d'enfermement des étrangers

Un ensemble d’associations de défense des droits et de solidarité ont constitué un observatoire de l’enfermement des étrangers. Parmi ces associations, nous retrouvons, entre autres : la Cimade, Emmaus France, l’ACAT, le GISTI, le Syndicat de la Magistrature ou encore le Syndicat des Avocats de France.

Cet observatoire collecte et témoigne des atteintes au droit, des conséquences physiques, morales, juridiques, sociales des politiques européennes et françaises d’éloignement et d’enfermement des étrangers.

Dans ces politiques, les migrants deviennent des objets et non des sujets. Cette pratique provoque des actes de désespoir et des drames humains dans les centres de rétention administrative : automutilations, tentatives de suicides, incendies, révoltes, …

Fort de ces expertises et témoignages, l’Observatoire de l’enfermement des étrangers a mis en place une plateforme de revendications qui rappelle que :

 

« …la conception des lieux d'enfermement, leur gestion et les pratiques qui s'y développent imposent aux personnes retenues des contraintes ou privations de droits qui vont très au-delà de ce qui serait strictement nécessaire pour satisfaire la volonté de l'administration de maintenir ces personnes à sa disposition.

Bien qu'exclusivement dédiés à la mise en œuvre de procédures de refoulement ou d’éloignement des étrangers, les zones d’attente et autres lieux de rétention concentrent ainsi, en réalité, tous les dispositifs et tous les comportements qui confèrent une dimension carcérale et punitive, à leur enfermement.

Ces dérives sont largement facilitées par le secret qui entoure les lieux d'enfermement et par l'isolement dans lequel les étrangers y sont maintenus…. »

 Malgré l’opacité qui entoure ces espaces, de nombreuses situations de violences sont régulièrement mises en lumière et dénoncées par les associations et citoyen-ne-s intervenant dans l’ensemble du dispositif de rétention/détention des étrangers. Il est par ailleurs vraisemblable que les violences et, au-delà, les situations de souffrance liées à l’enfermement, subies par des personnes qui n'ont rien à se reprocher pénalement, génèrent un sentiment d'injustice qui accroît encore leur détresse.

Par ces dispositifs, nous laissons prospérer la possibilité de priver de liberté un individu et de déterminer radicalement le cours de sa vie, sur une simple décision administrative. Dans une République démocratique, seule la justice devrait avoir ce pouvoir. 

 

 

Emmanuel BOUHIER

Porte-parole CIMADE 63

 http://www.lacimade.org/nouvelles/4866-Souffrance-et-violences-dans-les-lieux-d-enfermement-des--trangers

 http://observatoireenfermement.blogspot.fr/p/plateforme-de-revendications.html

 

 

Publié par groupe.cimade63 à 01:25:42 dans CHRONIQUE CIMADE63 | Commentaires (0) |

Chronique cimade 14 mars 2014 pour RCF : | 16 mars 2014

Récemment, je me suis intéressé au concept du Bien Vivre, le Buen Vivir, que la Bolivie et l’Equateur ont inscrit dans leurs constitutions. Outre le fait que ce concept considère la Nature ou l’Environnement comme un membre de la communauté à part entière, disposant de droits, le concept laisse une place importante à l’hospitalité, l‘accueil de l’étranger.

 « Bien Vivre ». Tout le monde souhaite bien vivre. A priori, c’est une aspiration humaine universelle. Mais qu’est-ce que Bien Vivre ? Etre en bonne santé ; évoluer dans un environnement sain et propice à la vie ; être assuré du minimum vital qui garantit la subsistance et la dignité ; être respecté quelques soient les convictions, les orientations ou les particularités physiques ; avoir une œuvre qui donne le sentiment de se réaliser ; pouvoir compter sur la solidarité ; avoir la possibilité de participer démocratiquement à tout ce qui est d’ordre collectif, etc.

Si nous souhaitons ce Bien Vivre pour nous même et si chacun le souhaite pour soi, chacun doit le reconnaître pour tous les autres. Se faisant, de proche en proche, le Bien Vivre des uns ne peut se faire légitimement au détriment du Bien Vivre des autres. Si bien que le Bien Vivre de chacun dépend du Bien Vivre de tous et finalement du Bien Vivre de l‘ensemble, en sorte que ce Bien Vivre dépend d’une certaine harmonie ou fraternité et d’une organisation solidaire et inclusive de la société.

Comment le Bien Vivre pourrait alors découler d’une politique qui stigmatise ou exclue ? Certains pensent qu’en fermant les frontières ou en expulsant les étrangers, nous avons plus de chance de Bien Vivre. Atteindre le Bien Vivre, est-ce que cela consiste à construire les instruments sociaux du bien-être pour tous ou à éliminer une partie des aspirants en en faisant des boucs  émissaires et en les qualifiant de parasites, profiteurs, tricheurs et surnuméraires ? Surtout, il n’est pas sûr que l’exclusion d’une catégorie de personne apporte réellement du Bien Vivre. Il y a fort à parier qu’il faudra alors trouver un autre bouc émissaire…

Un Bien Vivre qui exclurait une partie de l’Humanité ne serait pas durable car il ne réglerait pas l’aspiration légitime au Bien Vivre de ceux qui ont été exclus. L’exclusion exacerbe les tensions sociales qui mettent en péril le Bien Vivre des inclus. Il n’est pas sûr que le meilleur moyen d’atteindre ce Bien Vivre Universel soit la lutte permanente entre inclus et exclus. Il est possible que l’intelligence collective donne des résultats meilleurs, plus rapides et durables.

Fermer les frontières et être inhospitalier aux étrangers revient à remettre la question à plus tard et à la rendre plus périlleuse encore.

Pour Bien Vivre nous-même, il faut permettre à tous nos frères humains de Bien Vivre, d’accueillir l’étranger comme nous aimerions être accueillis, construire les instruments sociaux et culturels de l’hospitalité.

 

Emmanuel BOUHIER

Porte parole CIMADE 63

 

http://pearltrees.com/p/cMXfb

Publié par groupe.cimade63 à 22:01:03 dans CHRONIQUE CIMADE63 | Commentaires (0) |

Chronique Cimade pour RCF du 28 février 2014 : lettre au directeur de l'OFPRA | 13 mars 2014

http://podcast.rcf.fr/emission/449029/

 

La chronique que je vous propose aujourd'hui va porter sur une lettre que j'ai fait parvenir au Directeur d'l'OFPRA concernant le retrait de l'Ukraine de la liste des pays sûrs :

 

"Monsieur le Directeur,

 Depuis de nombreuses années je milite pour les droits de l'Homme dans le cadre de l'accueil et du séjour des étrangers et de la demande d'asile. Je suis ce qu'il est commun d'appeler un citoyen engagé. C'est à ce titre que je viens, par la présente, solliciter votre bienveillance au retrait de l'Ukraine de la liste des pays sûrs.

L'inscription d'un pays à cette liste a un impact important sur la demande d'asile que pourrait émettre un de ses ressortissants en France car elle le prive du bénéfice de la procédure normale et permet à l'Office de traiter sa demande selon une procédure dégradée, dite « prioritaire ».

 

L'actualité récente de l'Ukraine ne permet plus de considérer que ce pays veille au respect des principes de liberté, de la démocratie et de l'état de droit, ainsi que des droits de l'homme et des libertés fondamentales, comme le stipule l'article L.741-4,2° du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile.

Pour mémoire :

  • vendredi 24 janvier 2014, le Ministre des Affaires Étrangères, monsieur Laurent Fabius, a convoqué l'ambassadeur de l'Ukraine pour condamner la répression où l'ordre a été donné de tirer sur la foule,

  • à partir du 28 janvier, le gouvernement canadien interdit l'entrée sur leur territoire aux responsables de la répression en Ukraine

  • la presse et les ONG font état de disparitions, de cas de tortures ou de traitements dégradants et humiliants envers les opposants ou les journalistes du pays,

  • Amnesty International a lancé une campagne le 11 février contre l'impunité policière en Ukraine.

Je suis certain que les officiers de l'OFPRA n'auront aucun mal a établir les faits circonstanciés qui permettent d'argumenter pour le retrait de l'Ukraine de la liste des pays sûrs.

 

Comptant sur votre haute considération pour la tâche que la République vous confie, je vous demande de mettre à l'ordre du jour du prochain Conseil d'Administration de l'OFPRA le retrait de l'Ukraine à la liste des pays sûrs."

 

Nous espérons que cette lettre aboutisse en même temps que les autres démarches des ONG qui ont demandé aussi le retrait de l'Ukraine de la liste des pays sûrs, ainsi que des parlementaires qui ont soutenu cette démarche.

 

 

Emmanuel BOUHIER

Porte Parole de la Cimade63

http://pearltrees.com/p/cN_x5

Publié par groupe.cimade63 à 14:47:37 dans CHRONIQUE CIMADE63 | Commentaires (0) |

Intégration ... chronique cimade 14 février 2014 | 17 février 2014

Intégration ... chronique cimade 14 février 2014


Le premier ministre a réuni cette semaine un comité interministériel pour prendre en main les questions d'intégration. En cette période électorale, les propositions ne sont pas à proprement parler ambitieuses. Certainement pour éviter l'ouverture d'une polémique supplémentaire à un moment où, en France, des milliers de personnes sont capables de se rassembler à Paris pour un jour de colère, ou plutôt un jour de haine et crier  ensemble dans les rues "Dehors les Juifs !". Cette résurgence de vieilles haines poussiéreuses n'aide pas à évoluer dans un contexte serein et respectueux, nécessaire à toute vie démocratique.

Dans ce contexte, difficile d'aborder sereinement, avec recul et humanité, les questions d'immigration. La Suisse avec son référendum en est un exemple récent.

Dans l'initiative du 1er Ministre, il y a un élément remarquable : la remise en cause du monopole du Ministre de l'Intérieur sur les questions d'immigration. Cette orientation politique qui consiste à confier l'ensemble des questions d'immigration (entrée, séjour, asile, intégration, ... ) au ministère de l'Intérieur est une oeuvre de l'ancien gouvernement. C'est une conception sécuritaire de la question. C'est une vue partiale, incomplète qui par voie de conséquence induit la France dans l'erreur de l'injustice.

Pour prendre de bonne décision ou au moins pour éviter les mauvaises décisions, il faut toujours multiplier les points de vue, prendre en compte un maximum de dimensions et de paramètres. Pour améliorer l'intégration, il faut certainement confier des compétences au ministère des affaires sociales. Pour améliorer la qualité du traitement des demandes d'asile, il faut assurément confier des compétences aux ministères de la Justice et/ou des affaires étrangères. Mais faut-il vraiment parler d'intégration ? Qu'est-ce qui réussit le mieux dans l'accueil de population étrangère ? C'est certainement notre capacité à faire de la place, à transformer le corps social pour le rendre compatible aux nouveaux éléments, sources de richesses et d'opportunités. L'assimilation revient à transformer l'arrivant étranger à l'image que nous nous faisons de nous même. Mais sommes nous réductibles à une image synthétique du français ? C'est moins sûr ! Chacun ayant une vision singulière du français type, l'arrivant ne peut correspondre à toutes les représentations à la fois...

L'intégration revient à obliger l'arrivant à se tailler à la forme de la place que nous consentons à lui laisser, quitte à ce qu'il se mutile. En celà, c'est un mouvement unilatéral.

Ne devrait on pas chercher des solutions dans l'inclusion ? Où accueillants et accueillis sont suffisamment plastiques pour s'adapter l'un à l'autre ? Où l'on cherche à optimiser les richesses que représentent chacun des protagonistes mais aussi le nouvel ensemble qu'ils constituent désormais.

Accueillir créer de la richesse.

 

 

 

Emmanuel BOUHIER

Porte Parole Cimade 63

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140211.OBS5924/integration-des-immigres-ayrault-presente-un-plan-a-minima.html

http://www.cnle.gouv.fr/Rapport-Tuot-sur-la-refondation.html

http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/02/11/apres-le-vote-suisse-sur-l-immigration-les-populistes-pavoisent_4364242_3214.html

Publié par groupe.cimade63 à 09:24:37 dans CHRONIQUE CIMADE63 | Commentaires (0) |

Rapport 2012 sur la Rétention des étrangers. Chronique cimade63 pour RCF vendredi 31 janvier 2014 | 17 février 2014

Rapport 2012 sur la Rétention des étrangers. Chronique cimade63 pour RCF vendredi 31 janvier 2014


Pour la troisième année, les cinq associations Cimade, AssFam, Forum Réfugiés, France Terre d’Asile et l'Ordre de Malte publient en commun leur rapport sur l’enfermement et l’éloignement forcé des personnes étrangères.Chiffres, analyses et témoignages à l’appui, le rapport dresse le constat de la continuité d’une politique peu respectueuse des droits fondamentaux.

Alors que le ministère de l’Intérieur s’était engagé à mettre fin aux objectifs chiffrés, en 2012 le nombre d’éloignements est en hausse de 12 % pour la métropole.Plus de la moitié sont réalisés depuis l’Outre-mer, où les droits des personnes sont quasiment nuls.

L’utilisation massive de la rétention, l’absence d’une véritable politique alternative touche toutes les catégories de personnes soumises à un éloignement forcé, y compris les plus vulnérables. Elles subissent trop souvent des pratiques expéditives ou un allongement disproportionné, et traumatisant, de l’enfermement.

La loi du 16 juin 2011, pour éloigner plus facilement,  a organisé le recul du contrôle du juge judiciaire, pourtant garant des libertés individuelles. Cette loi a pleinement produit ses effets en 2012 au détriment des droits fondamentaux : 60 % des personnes éloignées l’ont été avant le délai d’intervention du juge des libertés et de la détention qui contrôle le respect de leurs droits.

En2012 encore, alors que la France a été condamnée à trois reprises par la Cour européenne des droits de l’Homme, l’État n’a pas respecté son obligation de se conformer à ces décisions. Une circulaire est venue limiter le placement en rétention des familles mais certaines d’entre elles la subissent toujours, en particulier à Mayotte. Dans leur majorité les éloignements prononcés par les préfectures sont dépourvus de recours effectifs, en particulier pour les personnes enfermées en Outre-mer. De même, les demandeurs d’asile ne bénéficient toujours pas de la possibilité de contester efficacement un premier refus de se voir octroyer une protection.

Comme les années précédentes, les cinq associations appellent d’une seule voix à une véritable rupture de cette politique d’enfermement et d’éloignement forcé, ce qui nécessite l’adoption rapide de mesures législatives afin de garantir les droits et libertés fondamentales des personnes retenues.

Elles appellent en particulier au rétablissement du contrôle du juge dès les premiers jours de la privation de liberté; à une réduction de la durée maximale de rétention ; et à l’instauration d’un recours effectif contre toutes les mesures d’éloignement en métropole comme dans les départements d’Outre-mer.

 

Communiqué de la Cimade

 

http://www.lacimade.org/communiques

http://storage.dolist.net/4125/www/pdf%20divers/DP_RapRet2012_DEF.pdf

Publié par groupe.cimade63 à 09:21:52 dans CHRONIQUE CIMADE63 | Commentaires (0) |

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... 170 | 171 | >>

Tous les derniers titres

Rechercher