Accueil | Créer un blog |

Lumière des jours

le blog de Jacques Ancet

Rechercher

Tags

   Aaron Clarke   Adeline Olivier   Alain Freixe   Alejandra Pizarnik   Alidades   Alonso Rodolfo   Alvarez Ortega   Ancet   Ancet Jacques   Bernard Mazo   Borges   Borges anthologie Ancet   Cernuda   Cervantès   Charnet   Charnet Yves   Colinas   Emaz   Espagnol   Ethique   François Bon   Gallimard   Gelman Juan   Godel Vahé   Hollan Alexandre   Hons   Hubin   Jacques Ancet   James Sacré   Jean Pierre Siméon   Jean de la Croix   Kiki Dimoula   Lionel Ray   Littérature   Littérature| Poésie   Louis-Combet   Lukin Liliana   López Melchor   Malherbet   Martin Serge   Martinón   Mel| Les samedis littéraires au Petit Palais| Henri Meschonnic| Jean-Baptiste Para| Serge Martin| Jacques Ancet| Jean-Claude Chevalier| Gérard Dessons Bernard Noël   Meschonnic   Meschonnic Henri   Michel Volkovitch   Murat Jean   Noël Bernard   Pasternak   Paulina Vinderman   Picquet   Pizarnik   Pouilloux Jean-Yves   Poésie espagnole   Prados   Quevedo   Rimbaud   Ritsos   Rustin   Sarduy   Sánchez Robayna   Taller de traducción literaria   Tertium éditions   Thérèse d'Avila   Tiers Livre   Tàpies   Valente   Vargaftig   Ypsilon.éditeur   argentine   baroque   culture   entretien   essai   français   langue   livres d'artiste   milonga   mur   mystique   mystiques   peinture   poesía   poème   poèmes   poèmes épuisés   poésie   poésie grecque   prose   publie.papier   revue   roman   rythme   récit   siècle d'or espagnol   sonnets   tango   torture   traduction   édtition à la demande  

Glossaire

Archives

Juillet

DiLuMaMeJeVeSa
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

<< Le silence des chiens | Alejandra Pizarnik Cahier Jaune | Alejandra Pizarnik L'enfer musical >>

Alejandra Pizarnik Cahier Jaune | 25 novembre 2012

Vient de paraître:

traduit par Jacques Ancet

Ypsilon.éditeur

 

DIALOGUES

— Celle en noir qui sourit depuis la fenêtre du tramway ressemble à Mme. Lamort — dit-elle.

— Ça n’est pas possible, à Paris il n’y a pas de tramways. De plus, celle en noir du tramway ne ressemble absolument pas à Mme. Lamort. Tout le contraire : c’est Mme. Lamort qui ressemble à celle en noir. Pour résumer : non seulement il n’y a pas de tramways à Paris, mais de ma vie je n’ai vue Mme. Lamort, même en portrait.

— Vous êtes d’accord avec moi — dit-elle — car moi non plus je ne connais pas Mme. Lamort.

— Qui êtes-vous ? Nous devrions nous présenter.

— Mme. Lamort — dit-elle — Et vous ?

— Mme. Lamort.

— Il me semble que votre nom me rappelle quelque chose — dit-elle.

— Essayez de vous souvenir avant l’arrivée du tramway.

— Mais je viens de dire qu’il n’y a pas de tramways à Paris — dit-elle.

— Il n’y en avait pas quand vous l’avez dit mais on ne sait jamais ce qui va se produire.

— Alors attendons-le puisque nous sommes en train de l’attendre — dit-elle.

 

*

 

VIOLAIRE

D’une ancienne similitude mentale avec le petit chaperon rouge viendrait, je ne sais, la fascination qu’involontairement j’éveille chez les vieilles à face de loup. Et je pense à l’une d’elles qui voulut me violer lors d’une veillée funèbre pendant que je regardais les fleurs dans les mains du mort.
    Elle avait incrusté son humanité mangée des vers dans la pièce maîtresse de ma personne, elle me tenait ferme par les épaules et me disait :  regardez les fleurs... qu’elles lui vont bien  les fleurs...
    Nul n’aurait pu imaginer, en voyant mon allure adolescente, que la vétuste femme de lettres faisait autre chose que pleurer dans mon cou. En m’étreignant étroitement, moi, qui à mon tour tremblait de rire et d’effroi.
    Nous demeurâmes ainsi quelques instants, nos corps parcourus de divers frémissements, jusqu’au moment où il me resta très peu de rire et beaucoup d’effroi.
    Je continuai à regarder les fleurs, je continuai à regarder les fleurs ... J’étais scandalisée par le décadentisme adultéré qu’elle prétendait raviver par cette ardeur à la Renée Vivien, par cette fougue à la Nathalie Clifford Barney, par cette saphique onction à dire fleurs, par ce solennel respect gréco-romain pour les boucs émissaires de ses sonnets ...
    Alors je décidai de ne plus écrire un seul poème avec des fleurs.

Publié par Tecna à 11:37:56 dans Dernières traductions | Commentaires (0) |

Commentaires non autorisés sur ce blog