Accueil | Créer un blog |

Formationdistance

Apprendre en ligne

Rechercher

Compteur

Depuis le 10-05-2006 :
494051 visiteurs
Depuis le début du mois :
2179 visiteurs
Billets :
163 billets

Archives

Novembre

DiLuMaMeJeVeSa
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Changement d'adresse | 23 février 2009

Bonjour à Vous,

Formationdistance continue son activité d'écriture.

Il a changé d'adresse et se trouve maintenant chez :

>>>>>>>>>>>>> http://www.jacques-cartier.fr/blogue/ <<<<<<<<<<<<<

Merci aux lectrices et lecteurs de se rendre sur ce nouveau lieu.

Publié par e-difor à 07:03:28 dans Utiliser un blog ? | Commentaires (0) |

Blog, blog, blog, blog | 28 janvier 2009

Créer un blog, mais ne devrait-on pas dire blogue comme l'indique le grand dictionnaire de l'Office québécois de la langue française (http://www.granddictionnaire.com/btml/fra/r_motclef/index800_1.asp), dure quelques minutes.

S'inscrire ainsi dans la blogosphère est une affaire de quelques instants, mais ces instants sont plus qu'un temps sans importance, comme l'est le temps de la flânerie.

Le blogueur en herbe devient directeur de publication. Quel beau titre ! Mais quels sont les droits et devoirs de ce personnage ?

Pour le savoir, connectez-vous, je vous prie, sur un site de prestataire de blogue et lisez les mentions légales. Cela vous prendra du temps "formateur"...

Pour l'enseignant qui souhaite se "lancer" dans un blogue pour et/ou avec ses élèves, les compétences requises sont de plusieurs ordres : 

    • Compétences juridiques : droit de réserve, droit d'auteur, droit à l'image, droit des bases de données ;
    • Compétences technologiques : outils matériels, outils logiciels ;
    • Compétences pédagogiques : modèles d'apprentissage (transmissif, behavioriste, socioconstructiviste) ;
    • Compétences communicatives : gestion de la distribution de l'information (thématique, tags, flux rss, listes de diffusions, ...) ;
    • Compétences de mutualisation : travail coopératif et collaboratif ;
    • Compétences de régulation / modération : gestion des rôles des acteurs (administrateur, éditeur, auteur, contributeur, visiteur)
Vous pensez que vous ne possédez pas toutes ces compétences et êtes prêt à abandonner. Au contraire ces compétences vous viendront de votre pratique, comme le tâtonnement expérimental cher à Célestin Freinet. Le blogue sera votre imprimerie de la classe Freinet.  Lancez-vous ! Mais prenez le temps de lire les mentions légales et la charte d'utilisation car nul n'est censé ignorer la loi ...

Jacques Cartier
Professeur de Technologie
Doctorant en Sciences de l'Education (Université de Rouen)
Master en Ingénierie Pédagogique dans des Dispositifs Ouverts et à Distance
http://www.jacques-cartier.fr/

Publié par e-difor à 20:34:24 dans Réflexions | Commentaires (0) |

La notion de dispositif | 07 janvier 2009

Le terme "dispositif" est très souvent employé pour évoquer le montage d'une formation dans son ensemble. Le terme est appliqué autant à des aspects techniques, instrumentaux qu'à des aspects humains.

Monique Linard (1) voit deux paradigmes :

"Les définitions du dispositif oscillent entre deux paradigmes  : le paradigme rationnel objectif, centré sur les objets, et l'expérientiel subjectif, centré sur les acteurs de l'action. Le modèle objectif convient aux cas restreints de la résolution de problèmes et de la production industrielle. Mais il ignore les conditions pragmatiques et sociales qu'implique l'usage efficace des TIC par leurs utilisateurs. Le modèle expérientiel, constructiviste interactionniste est mieux adapté à l'action et à l'interaction des acteurs. Mais il est moins facile à appliquer et doit être étendu pour répondre aux problèmes d'autonomie soulevés par la pratique des TIC. On aborde les enjeux des deux paradigmes, leur dépassement nécessaire et ses incidences sur la conception et la pratique des dispositifs en formation."

La difficulté réside dans le fait de gérer ces deux paradigmes, notamment la place de l'apprenant qui se trouve confronté à des difficultés de trois types :

  • l'apprentissage des contenus de connaissance et des tâches ;
  • la navigation dans l'espace de formation dédié ;
  • la conduite de son apprentissage.

Vous pouvez télécharger l'article de Monique Linard sur le site Edutice.

(1) Monique Linard, Conception de dispositifs et changement de paradigme en formation, 2002
Archives Edutice :
http://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00000275/fr/

Jacques Cartier
Professeur de Technologie
Doctorant en Sciences de l'Education (Université de Rouen)
Master en Ingénierie Pédagogique dans des Dispositifs Ouverts et à Distance
http://www.jacques-cartier.fr/

Publié par e-difor à 08:39:07 dans Lectures | Commentaires (0) |

Importance de l'environnement techno pédagogique | 20 décembre 2008


Nathalie Deschryver
a soutenu sa thèse intitulée « Interaction sociale et expérience d'apprentissage en formation hybride » le 8 septembre 2008. Elle a déposé son travail sur Archive Eductice à l'adresse suivante :
http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00338100/fr/.

 

Elle étudie notamment dans sa recherche la place que tient l'usage de l'environnement techno pédagogique dans l'expérience d'apprentissage des étudiants et les interactions sociales.

"L'usage effectif qu'ont les acteurs de l'environnement est central. On peut parler d'expérience d'usage qui va être influencée par certaines caractéristiques des acteurs (degré de maîtrise, degré d'usage, besoins, etc.), du dispositif de formation (préparation technique, accompagnement) et de l'environnement technologique (adéquation des médias aux besoins communicationnels). L'expérience d'usage représente à la fois les usages développés et la perception des acteurs quant à l'adéquation par rapport à leurs besoins." - page 92

Si l'apprenant est actif, interagit avec ses pairs et l'enseignant, s'empare de l'outil pour communiquer, télécharger et déposer des documents, l'expérience d''apprentissage devrait se réaliser en profondeur. L'outil, dans ce cas, est une aide précieuse. On observe souvent que, dans le cas où l'environnement d'apprentissage ne convient pas, les apprenants trouvent des substituts sur l'internet, pour communiquer entre eux par exemple. Nathalie Deschryver évoque la notion d'affordance :
"Cela renvoie à la notion d'affordance qui définit la relation entre les caractéristiques des outils et celles des usagers qui les utilisent (Norman, 1988). Dans le domaine de l'apprentissage, on parlera d'affordances pédagogiques (Kirschner, 2002, cité par Jermann, 2004) pour désigner les caractéristiques d'un artefact déterminant si et comment une expérience d'apprentissage spécifique peut avoir lieu dans un contexte donné comme par exemple un travail de groupe." - page 92
L'auteur de cette thèse évoque également la théorie de la richesse des médias (Media richness theory) qui "s'intéresse à la capacité des technologies à diffuser un message sans ambiguïté". Le formateur à distance sait toute l'importance à accorder à la rédaction d'une consigne de travail. Il n'a pas le retour immédiat des apprenants (cas d'une formation en présence). Il peut alors utiliser un média "riche" (texte, image, son, vidéo) qui évitera la diffusion d'un message équivoque. Un média "pauvre" sera utilisé pour envoyer des informations non ambiguës par exemple (date de réunion, fichier à télécharger, ...). - page 93

 Le travail de Nathalie Deschryver se situe dans un contexte de formation hybride et s'adresse à un public large : praticiens, concepteurs, enseignants, praticiens-chercheurs. Peut-être le livre de chevet de vos vacances de Noël !

Bonnes fêtes !

Jacques Cartier
Professeur de Technologie
Doctorant en Sciences de l'Education (Université de Rouen)
Master en Ingénierie Pédagogique dans des Dispositifs Ouverts et à Distance
http://www.jacques-cartier.fr/

Publié par e-difor à 17:37:48 dans Lectures | Commentaires (0) |

Le temps des technologies éducatives est-il venu ? | 09 décembre 2008

Photo Jacques Cartier 

Nous avons évoqué dans le précédent billet un ouvrage d' Alain Chaptal (1). Dans sa conclusion l'auteur se demande si "le temps des technologies éducatives est, donc peut-être, enfin venu."

L'auteur voit dans l'apparition des technologies actuelles une différence fondamentale par rapport aux technologies plus anciennes : elles sont ancrées dans la société au quotidien et participent à la création de richesses. A l'inverse des technologies plus anciennes qui étaient plus complexes d'emploi, un peu comme des artefacts immatures et incomplets pour s'insérer dans le quotidien de l'enseignant. Comme si les plaques de verre, le multimédia (film, télévision, machines à enseigner, vidéo, micro-informatique des années quatre-vingt) étaient venus trop tôt dans le champ de l'éducation.

Et l'auteur de rappeler, à la fin de son ouvrage de recherche, l'importance particulière d'une activité de service destinée à accompagner les enseignants dans la mise en oeuvre de ces technologies, activité qui apparaît comme seule à même de favoriser et d'accélérer les changements attendus.

"Il est clair, cependant, que sans une volonté déterminée et organisée, sans une approche de service privilégiant l'assistance et l'accompagnement des enseignants, les efforts seront voués, comme par le passé, à l'échec. C'est en cela qu'il est, plus que jamais, d'actualité de réaffirmer la nécessité d'une ingénierie éducative pour faciliter l'usage de ces technologies et assurer leur véritable intégration." - page 360

(1) L'efficacité des technologies éducatives dans l'enseignement scolaire - Analyse critique des approches française et américaine" - L'Harmattan, 2003

e-difor
La formation en ligne
http://foad.ac-besancon.fr
Jacques Cartier
Formateur Difor, professeur de Technologie
Doctorant en Sciences de l'Education (Université de Rouen)
Master en Ingénierie Pédagogique dans des Dispositifs Ouverts et à Distance
http://www.jacques-cartier.fr/

Publié par e-difor à 19:59:36 dans Lectures | Commentaires (0) |

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... 31 | 32 | >>