Accueil | Créer un blog |

parisperdu

un certain regard sur Paris

Leica : 100 ans de Photographie. | 28 mars 2014

Planche-contact du reportage "Tour Eiffel, Paris 1953" © Marc Riboud.

Leica commémore actuellement son jubilé : un centenaire !

En effet, en mars 1914, Leica construit le premier appareil photo destiné à accueillir un film petit format 35 mm pour un plein format de 24 x 36 mm.

Ce principe "petit négatif - grand format" révolutionne alors les formes d'expression des photographes qui devaient jusque-là travailler avec des appareils photo à plaque, plutôt incommodes.

Une fois surmontées les perturbations dues à la première guerre mondiale, Leica connait à partir de 1925 un succès mondial et le "mythe" de la marque au point rouge émerge rapidement avec les nombreuses photos qui vont influencer profondément notre compréhension des événements mondiaux et qui depuis lors sont devenues des icônes.

La photo "Falling Soldier" prise par Robert Capa pendant la guerre civile espagnole, le célèbre portrait du leader de la révolution cubaine "Che Guevara" réalisé par Alberto Korda, "Kim Phúc", la petite fille brûlée courant nue qui fut photographiée pendant la guerre du Vietnam par Nick Út, en sont quelques exemples.

Et, parmi toutes les photos célébrissimes prises avec un Leica, il en est une emblématique de Paris, c'est "Le peintre de la Tour Eiffel" un cliché issu d'un reportage de Marc Riboud, c'était en  1953 … et, sur ce thème, on n'a pas fait mieux depuis !

>> Tour Eiffel 1953, les 3 images sélectionnées par Marc Riboud sur sa planche-contact (surlignées en rouge).

>> 100 ans de photographie Leica (site officiel)

 

 

Publié par barreteau à 14:36:51 dans Hommes et Métiers | Commentaires (1) |

Paris, la Capitale des signes. | 23 mars 2014

Karlheinz Stierle au Collège de France à Paris, le 1er avril 2009.

Paru à l’automne 2001, le livre de Karlheinz Stierle a été traduit en français, neuf ans après sa sortie en allemand, sous un titre un peu différent de l’original. "Der Mythos von Paris. Zeichen und Bewusstsein der Stadt", est devenu: "Le mythe de Paris. Signes et conscience de la ville".

Le titre français, flatte quelque peu cette certitude : Paris est la capitale de bien autre chose que la France.
Ce débordement est sans doute ce qui conduit la quête des signes lisibles dans l’ouvrage. Celui-ci raconte l’émergence d’une "conscience de la ville" dont le rapport avec Paris est posé à l’ouverture même de l’introduction en une phrase saisissante, qui définit à la fois la conscience que l’on a, à travers Paris, de la ville et, de manière plus forte, la structure même de la ville comme conscience : "C’est à Paris que la ville advient à la conscience". Comprenons : que la ville se représente elle-même comme structure de lisibilité, et Stierle fait alors défiler des textes d'auteurs, souvent français mais pas seulement, qui font émerger cette conscience de la ville.

C’est à Paris donc que la conscience prend conscience d’elle-même comme pensée, qu’elle se découvre donc "pensée par Paris". Et c’est dans la mesure où Paris est une structure à déchiffrer, dans la mesure où la ville a une lisibilité propre, qu’elle se présente à travers un réseau de signes, que toute sa "matière" est "sémiotisée" et qu’elle se réfléchit naturellement dans les textes des auteurs sélectionnés par Stierle.

Le signe étant toujours à la fois signe de quelque chose et de lui-même, signe du fonctionnement sémiotique même, mouvement par lequel la sémiotique de la ville "se fait réflexive". Car, selon Stierle, il y a une "expérience de la subjectivité" qui n’a lieu que dans et par la ville, car celle-ci finit par constituer un point de référence du présent. Et c’est là sans doute l'une des plus belles et plus fortes idées de ce livre si dense.

C’est parce qu’il y a des signes qu’on a accès à l’expérience humaine mais, est-on tenté d’ajouter à la lecture de "La Capitale des signes", c’est parce qu’il y a de l’expérience qu’il y a des signes à déchiffrer.

On pourrait alors se contenter d’aborder "La Capitale des signes" comme un très riche (et très germanique) manuel de littérature sur Paris. Mais de par son indéniable beauté, celui-ci nous permet d'apprécier le génie de Stierle à travers son expérience de Paris, ses interrogations sur sa méthode de chercheur, ses fantasmes pour appréhender une globalité et son goût du détail, son rapport au lisible et à l’indéchiffrable ….

 

>> Déjà sur parisperdu: "Der Passagenwerk" de Walter Benjamin.

 


 

Publié par barreteau à 14:20:28 dans Hommes et Métiers | Commentaires (1) |

Pour un urbanisme retardataire. | 17 mars 2014

 Coulée verte, près de la rue du Sahel, Paris 12ème.

Parisperdu ne serait-il donc que le reflet d'une vaine nostalgie ?
Non, car il affiche, avant tout,  le désir de montrer qu'autre chose a existé et que sans doute, autre chose est possible ?

Je propose seulement que, dans cette ville, l'on restaure ou conserve des espaces d'indétermination dans lesquels l'homme a la possibilité de demeurer disponible ou de poursuivre à vive allure sa marche dans le fracas et les tracas.
Je suis en quelque sorte pour un urbanisme retardataire …

Souvent nous sommes bien négligents à l'égard de Paris car, tels des enfants, nous n'avons pas conscience du danger. Mais attention, il ne faut pas négliger le passé d'une ville, qui faute de mémoire et de soins,  risque de s'écrouler, de se perdre, de disparaître …

Depuis quelques années, les aménageurs ont voulu attendrir un immobilier trop rigide en provoquant des coulées vertes dont les réussites ne sont pas toujours conformes à leurs vœux.
Car en effet, cette avalanche de verdure surprend et paraît le comble de l'artifice, comme chaque fois où l'homme a voulu singer la nature.

Et, dans ces minuscules oasis de verdure, le promeneur sensible éprouve quelque mélancolie tant il sait que l'autre monde barbare, impitoyable, bêtement soumis aux déterminations économiques, existe lui aussi … là, tout proche.


>> La coulée verte vue par Willy Ronis - 1995


Publié par barreteau à 09:28:48 dans Hommes et Métiers | Commentaires (1) |

Parc de Belleville. | 11 mars 2014

 Parc de Belleville (Août 2012)

Le parc de Belleville, à l'écart de la ville qui repose à ses pieds, si proche, si loin … est un lieu public par excellence puisqu'il brasse les générations, les strates sociales, les ethnies de toutes sortes.

Ici les gens se conduisent comme les badauds l'ont fait de tous temps, et même les enfants ont encore assez de pouvoir pour entraver la marche trop rapide de leurs parents.

Et dans ce lieu qui semble en lévitation au-dessus de la ville, les gens ne sont pas indifférents les uns aux autres. Ils s'observent, ils s'évaluent, ils se draguent ou se contestent du regard.
On se frôle, ce qui est encore la meilleure façon de se rencontrer marginalement, délicatement.

Dans le parc de Belleville on assiste à d'imperceptibles jeux de rôles …

 

>> Le parc de Belleville, déjà sur Parisperdu.

 


Publié par barreteau à 08:07:58 dans 75020 | Commentaires (2) |

Flâner ... | 06 mars 2014

Flânerie au parc de Belleville (juin 2006)

La flânerie est souvent conçue comme une activité qui ne prête pas à conséquence.
Il est vrai qu'à la différence d'un voyageur pressé ou d'un travailleur, le flâneur ne se fixe pas de but et que le chemin qu'il a parcouru, reconnu, importe plus que le terme dont il n'avait même pas d'idée précise au départ.

Le vrai flâneur est capable d'aller au bout de lui-même, et cette fatigue librement consentie est souvent une récompense car il s'agit aussi de "fatiguer" la ville, non point par cruauté ou pour la prendre en défaut, mais pour qu'elle nous livre enfin son vrai visage, celui qu'elle refuse à la plupart de ses habitants ou de ses passants.

Avancer librement, lentement dans une ville pressée, n'attacher du prix qu'à l'émerveillement de l'instant dans une société de marchands, voilà la bonne méthode pour parcourir une ville.

Et, en la matière Georges Perec sera notre maître, lui qui s'oblige "à voir plus platement … jusqu'à ressentir pendant un bref instant, l'impression d'être dans une ville étrangère ou, mieux encore, jusqu'à ne plus comprendre ce qui se passe ou ce qui ne se passe pas, que le lieu tout entier devienne étranger, que l'on ne sache même plus que ça s'appelle une ville, une rue, des immeubles, des trottoirs."

Alors à tous, bonne flânerie dans les rues de Paris ….


>> De l'art de flâner ...

 

 

Publié par barreteau à 10:30:34 dans Hommes et Métiers | Commentaires (2) |

<< |1 | 2 | ... 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | ... 136 | 137 | >>

Pourquoi Parisperdu ... ?

ParisPerdu aurait pu s'appeler ParisVolé car s'il est désormais souvent impossible de porter "ce certain regard" sur l'Est de Paris , c'est que ce Paris a été dérobé par toutes les "avancées de la modernité".

Arpenter la ville à la recherche d'espaces promis à la démolition ou de personnes dont le destin va en être bouleversé : ce n'est pas pour regretter le passé. C'est pour montrer, nous montrer, nous rappeler, que la ville n'est pas une entité figée. La ville vit ... et comme tout être vivant, elle fait parfois des erreurs.


Ainsi va la ville, ainsi va la vie ...

"Ce qui nous incite à revenir en arrière est aussi humain et nécessaire que ce qui nous pousse à aller de l'avant."
Pier Paolo Pasolini


  
  Parisperdu: en savoir +


Contact Courriel


Toutes les photos sont de l'auteur : 
© Pierre Barreteau,
sauf mention particulière.
Vignette d'accueil:
Photo André Kertész © Claude Eveno

Sauf mention contraire, 
le contenu
de ce blog 
est sous contrat:

Creative Commons
CC_Droits Réservés



Territoires arpentés:

Zones couvertes


Les Lieux retrouvés de Parisperdu:

Les Lieux retrouvés de Parisperdu


Autre Blog:

PertiNantes

Au fil des mois ...

Octobre

DiLuMaMeJeVeSa
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Partager / S'abonner

Share/Save/Bookmark Subscribe http://www.buttonshut.com/ http://www.buttonshut.com/
Retrouvez Parisperdu sur:








Parisperdu recommandé par:

logo France Inter

blogs à part







Une sélection "Photo" de

Sélection: Le top des blogs parisiens



Site du Jour

Paperblog

THE BOBs

Coup de coeur de:
NetKulture
"un monde à part... surprenant ... insolite... un autre regard"

Elu

Le Site du Jour



"Un Blog nostalgique, très élégant, et parfois acide qui donne à voir la transformation de Paris"





Classé "TOP" par la rédaction




Rechercher ...

Tags ...

Merci pour votre visite ...

Depuis le 14-11-2005 :
6583626 visiteurs
Depuis le début du mois :
79496 visiteurs
Billets :
681 billets