Accueil | Créer un blog |

Double Je

La double vie d'une trentenaire qui se cherche encore

Moi

Un jour triste, Un jour gaie
Fataliste ou Amusée
Un jour Oui, Un jour Non
Moi je suis Caméléon...

Archives

Avril

DiLuMaMeJeVeSa
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Glossaire

Rechercher

Compteur

Depuis le 31-03-2004 :
2156130 visiteurs
Depuis le début du mois :
9368 visiteurs
Billets :
934 billets

Dans le jardin de mon coeur | 04 février 2013

Ce matin, en vidant l'un de mes sacs à mains, je suis retombée sur les mails que j'avais imprimés. Ces mails qu'ils se sont échangés au début. Je n'ai pas pu m'empêcher avant de les jeter, de relire quelques uns des passages que j'avais surligné en rose. Et ça m'a fait mal, encore et encore.

Au fond de moi, quand je relis ces mots si forts, j'ai du mal à croire que cela puisse être réellement terminé. J'ai peur d'être devenue aveugle, poussée par l'envie de croire que tout cela est bien fini. J'ai peur d'être à nouveau "trompée", non pas au sens physique du terme, mais au sens du mensonge, de la liaison, fusse t'elle uniquement virtuelle, mais cachée.

Je savais que tout ça prendrait du temps à cicatriser, mais je me demande si ça va durer encore longtemps... Ca fait deux mois que tout ce cirque est censé être terminé, et moi, j'en souffre encore. Je sais que si cela devait recommencer (ou peut-être que cela ne s'est jamais vraiment arrêté d'ailleurs) l'homme serait beaucoup plus prudent au point que cette fois-ci, je ne pense pas trouver de traces.

Ce sentiment est renforcé par celui de cette distance qui s'est instaurée entre nous ce dernier mois. Avec les enfants et la reprise du boulot pour moi, le rythme est devenu si rapide, les journées si denses, que nous avons l'impression aussi bien l'un que l'autre, de ne plus vraiment nous parler, de ne plus vraiment rien partager d'autre que l'agenda de qui va chercher quel enfant, quel jour. Je sens une fissure, un début de fossé se creuser. Il faut vite reprendre pied, ne pas se laisser noyer sous le flot des obligations de la vie, du travail et du reste.

J'ai certes décidé que 2013 serait l'année de l'amitié pour moi, mais je ne veux pas pour autant laisser mon histoire d'amour s'encrouter sous les mauvaises herbes et pourrir au fond du jardin...

Publié par Titinette à 14:36:12 dans Double je | Commentaires (0) |

Comme une obsession | 25 janvier 2013

Le tourbillon dans mon cœur a cessé. Le nœud de mon estomac se dénoue lentement. Mais ma tête continue de tourner en tâche de fond avec cette idée qu’un jour je verrais à quoi cette fille ressemble. Comme si la tempête ne pouvait prendre fin qu’avec la concrétisation, la matérialisation visuelle de l’ennemie. Savoir à qui j’avais à faire. La connaître de visu. Mettre un visage sur le mal. Savoir, voir, pour pouvoir tourner la page. Définitivement.

Hier soir, sur un coup de tête, je suis partie attendre à la sortie de son bureau. Mais je n’ai vu personne. Trop de monde, trop de nuit. La prochaine fois, j’attendrai à proximité de son chez elle. Je finirai un jour par savoir qui elle est dans la vraie vie. La voir est devenue comme une obsession discrète qui me tauraude. Il faut que je sache quel est son visage.

Publié par Titinette à 10:05:38 dans Double je | Commentaires (3) |

C'est la reprise | 18 janvier 2013

Voilà tout juste 15 jours que j'ai repris le boulot. Tout a recommencé très vite, la charge de travail commence à être lourde, mes journées bien remplies. Je n'ai plus beaucoup de temps pour "penser" à autre chose. Et pourtant, dès que j'ai quelques minutes de répit, mon coeur et mon esprit s'interrogent encore. Je me demande s'il me cache encore des choses. Quelque chose en moi est cassé... La confiance s'est effritée.

Depuis quelques jours, je n'ai pas envie de "chercher à savoir". J'ai envie de profiter du peu de temps que j'ai à passer avec mes enfants. J'ai envie de me "refaire" rapidement une place dans mon entreprise après plus de 5 mois d'absence. J'ai envie de me projeter dans de nouveaux projets de vacances ou d'escapades... Et puis au fond, je ne sais pas... Il y a encore comme une boule de tristesse. Je pleure au moindre reportage ou film un peu triste. Mes tripes sont encore si fragiles.

Publié par Titinette à 09:32:50 dans Titi at work | Commentaires (0) |

Y'a des jours et des lunes | 11 janvier 2013

Il y a des jours où je me dis que tout doit être terminé, au moins pour le moment.

Mais il y a des jours où l'angoisse ressurgit, la certitude qu'ils communiquent encore, autrement certainement. Probablement plus par e-mail, mais certainement par messagerie instantanée comme elle le lui avait proposé à un moment.

Il y a des jours où je me dis qu'il faut que je passe à autre chose. Et d'autre jours où je me dis qu'il faudrait que je contacte ce gars qui m'a proposé de m'aider à installer un logiciel espion pour être certaine, en avoir le coeur net...

Il y a des jours où je me dis que ça ne servirait à rien, surtout s'ils utilisent d'autres moyens de communication comme les textos par exemple...

Il y a des jours où je me dis que je devrais aller voir cette psy dont j'ai trouvé les coordonnées.

Il y a des jours où... Je me sens encore perdue avec tout ça...

Publié par Titinette à 09:33:38 dans Double je | Commentaires (2) |

En sortir, mais comment ? | 03 janvier 2013

Je ne sais pas comment en sortir. Durant les fêtes, mes sentiments se sont apaisés. Mais depuis hier, depuis que l'homme a repris le boulot, je sens à nouveau l'angoisse me tenailler, le doute m'envahir, cette boule à l'estomac qui réapparait doucement. Je ne maîtrise rien, ma tête et mon coeur s'emballent tous seuls. Je voudrais passer à autre chose, me dire que tout ça est terminé, mais je n'y arrive pas encore. J'ai parfois envie de pleurer, comme ça, pour rien, ça me prends et voilà, je n'y peux rien.

Hier, je lui ai dit que j'avais peur qu'elle reprenne contact pour lui envoyer ses voeux. Il me dit que non, qu'il n'a rien reçu. J'insiste. Il me répond "pourquoi tu dis ça ? Tu as vu quelque chose ? Et de toute façon, même si elle m'envoyait ses voeux, ça changerait quoi ?" Et voilà, ces quelques mots ont suffit à me replonger dans le doute. Ces quelques mots me font comprendre que si elle reprend contact, il ne voit pas de mal à lui répondre. J'ai parfois l'impression qu'il n'a rien compris. Quand je lui dis qu'il  ne faut pas parce que cette fille est dangereuse, que c'est une salope, il prend sa défense et me dit que ce n'est pas bien de dire des choses comme ça, que je ne la connais pas etc... Ca m'écoeure, je suis triste... Je me sens mal avec tout ça... Vivement la reprise du travail que mon esprit s'occupe à penser à autre chose...

Publié par Titinette à 12:38:26 dans Double je | Commentaires (2) |

<< |1 | 2 | ... 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | ... 186 | 187 | >>

Tous les derniers titres