Accueil | Créer un blog |

Double Je

La double vie d'une trentenaire qui se cherche encore

Moi

Un jour triste, Un jour gaie
Fataliste ou Amusée
Un jour Oui, Un jour Non
Moi je suis Caméléon...

Archives

Mars

DiLuMaMeJeVeSa
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Glossaire

Rechercher

Compteur

Depuis le 31-03-2004 :
2156130 visiteurs
Depuis le début du mois :
9368 visiteurs
Billets :
934 billets

Contrariétés | 10 mars 2012

Hier soir : contrariété provoquée par mon homme qui avait fait son petit programme pour la journée de samedi sans m’y associer. Puisque son match était annulé et qu’il allait faire beau, hop, il prévoit d’aller voir ses potes jouer au foot en emmenant avec lui le petit bonhomme.

Et moi là dedans ?

Ben pendant ce temps, tu te reposeras !

Et si j’ai pas envie de rester toute seule à me faire chier à la maison ?

Ben t’as qu’à venir avec nous !

Oui, mais aller voir tes potes jouer au foot alors que pour une fois on pourrait profiter d’un beau samedi tous les trois à partager un bon moment, ce ne serait pas mieux de prévoir autre chose qui puisse nous faire plaisir à tous ? Comme d’aller à tel endroit ou au parc bidule, sortie on ne peut plus banale dont on parle pourtant depuis au moins 8 ans ?

Oh, mais ça va, je ne vois pas pourquoi tu t’énerves comme ça etc, etc, etc…

C’est moi où l’immensité de son égoïsme est réellement un puits sans fond ?

Ce matin : la contrariété de la veille associée avec ce stress dû aux problèmes de ma grossesse = totalement bloquée. Impossible de bouger de mon lit.

J’attendrai près de 3h que l’homme daigne venir m’apporter du paracétamol puisqu’il bossait (travaux de la maison encore et toujours) et ne pouvait pas s’interrompre une minute pour m’aider à me soulager. Heureusement que j’ai pu convaincre le petit bonhomme d’aller me chercher le téléphone pour que je puisse appeler moi-même SOS médecin…

Le rendez-vous étant fixé à 15h, l’homme m’a quand même demandé à 2 reprises s’il fallait vraiment qu’il attende avec moi, non parce que tu vois, sinon, ça va nous faire partir vraiment tard…

Je lui ai finalement dit : tu n’as qu’à mettre un mot sur la porte pour qu’il entre quand il arrive, vu que je ne peux pas descendre lui ouvrir.

Et c’est ce qu’il a fait…

Heureusement, sur ces entre-faits, le médecin est enfin arrivé (en retard) et l’homme a pu partir avec mon ordonnance en mains… Il est 16h15 et me voilà finalement toute seule pour le restant de la journée… 

Dieu que dans ces moments là ma famille me manque…

Publié par Titinette à 16:34:05 dans Double je | Commentaires (0) |